Auteur Sujet: Votre méthode d'organisation des dossiers et de classement des photos.  (Lu 293942 fois)

Hors ligne bert49

  • Membre junior
  • Messages: 28
    • Voir le profil
    • E-mail
Re : Votre méthode d'organisation des dossiers et de classement des photos.
« Réponse #135 le: 26 février 2009 à 14:14 »
Non...comme je n'ai pas encore importé les retouches. Par contre, comment ca se passe au niveau des dates? Les retouches ne portent pas la même date que l'orignial (normal). LR va savoir que la date n'est pas la date de la prise de vue ou c'est à moi de vérifier à chaque fois?

Hors ligne jipé49

  • Membre héroïque
  • Messages: 1333
    • Voir le profil
    • ipernity
Re : Votre méthode d'organisation des dossiers et de classement des photos.
« Réponse #136 le: 26 février 2009 à 17:30 »
J'ai essayé à midi  de retoucher dans PS de vieilles zimages  sans passer par LR, enregistées et mises dans le dossier originel (format PSD).
De retour dans LR, le dossier en question , clic droit , synchroniser, toutes les photos se sont importées sans souci pour la date de la modif. (ne pas oublier de décocher la case : "supprimer les photos manquantes du catalogue". Si la case est cochée,ça me met un caca, des photos disparaissent, je n'y comprends plus rien.......)
Canon + 2 yeux. Windows10 64 bits (20H2)- i7 + SSD 1 To+ 32 Gigas de Ram + écran AOC 32"+ écran NEC 28"   + (vieille)Epson 2880.
LIGHTROOM CLASSIC 10.1, PS CC2021, LUMINAR 4.

Hors ligne bert49

  • Membre junior
  • Messages: 28
    • Voir le profil
    • E-mail
Re : Votre méthode d'organisation des dossiers et de classement des photos.
« Réponse #137 le: 26 février 2009 à 18:24 »
Je viens juste de finir la manip quand j'ai lu ton message. Nous nous sommes croisés !! Merci quand même

Hors ligne marc_pelissier

  • Membre confirmé
  • Messages: 57
    • Voir le profil
    • Galeries Photo Wild Images
    • E-mail
Bonjour,

Tout d’abord merci pour ce fil et forum passionnant que je viens de découvrir.
En effet, venant de passer sur un boitier numérique, je souhaite utiliser LR et je suis dans la phase de définition de mon flux de production (workflow si on veut garder le terme Anglais) et les nombreux éléments que je lis ici répondent a la plupart des questions que je me posais.

Je viens de passer plusieurs heures à lire l’ensemble du fil aussi bien sur le sujet organisation des fichiers que le sujet indexation et métadonnées qui forcément fait partis de ma réflexion. Cela m’a conforté parfois et surtout permet d’enrichir ma stratégie de flux de production, mais il me reste des questions ou je cherche un avis (voir section 2 plus bas). Pour la réflexion sur les métadonnées, j’écrirais dans le fil associé pour ne pas mélanger.

De plus, il me semble (sauf si j’ai zappé des messages du fil) que les aspects sur la sauvegarde bien que traité n’ont pas été traités totalement et je soumets pour contribuer de possibles idées pour le compléter.
Désolé, c’est un peu long a lire, mais j’ai voulu cela le plus clair possible j’espère en expliquant l’intérêt du choix pour ceux qui se pose la question.

1-Idées complémentaires pour la sauvegarde

Il ressort clairement, et ceci est évident pour tout le monde il me semble, que les fichiers numériques sont plus facile a perdre car une mauvaise manip de suppression peut toujours arriver et nous pouvons avoir une défaillance du matériel utilisé pour le stocker. Heureusement, les outils informatiques mettent tout de même a notre disposition des solutions qui permettent largement de compenser cet aspect de manière bien plus automatique et finalement bien moins couteuse que a l’époque des négatifs et diapos seulement (je précise que ayant produit des dizaines de milliers de diapos que je conserve aujourd’hui je n’oppose pas l’argentique ou numérique ici).

La difficulté étant de bien les mettre en œuvre pour équilibrer :
•   Rester raisonnable sur les coûts (curseur ajustable selon chacun bien sur mais pourquoi payer plus si on n’en as pas besoin et a fortiori si on ne peut pas)
•   Garantir une sécurité la plus élevé possible (n’est jamais absolue)
•   Avoir une solution la moins contraignante possible ce qui pourrait être exprimé sous la forme : solution la plus automatique possible.
•   Eviter la paranoïa :-)(mais la je ne suis pas sur pour moi !)

Ce long préambule étant posé, voici la solution que je vise. Une grande part est déjà en général appliqué par ceux que j’ai lu mais je la liste en entier en ajoutant (*) derrière les éléments qui me semblent nouveau sur le fil.

•   Lors de l’import d’images dans le système, réalisation systématique d’une copie de sauvegarde des images avant tri (automatique par l’import LR ou pour le logiciel propriétaire. Dans mon cas Nikon Transfer propose l’option et je soupçonne que cela est le cas pour les autres marques) dans un répertoire dédié sur un deuxième disque.
Solution choisie : Dans mon cas, je conserve cette étape classique bien que comme on le verra par la suite cela n’est pas absolument nécessaire si la partie sauvegarde (décrite plus bas) est déclenché systématiquement après l’import. Néanmoins, cela facilite la récupération en cas de grosse erreur lors du tri du lot d’image importés. Ce répertoire est vidé régulièrement pour éviter une croissance continue (et ceci après le tri et la sauvegarde logiciel plus bas). Le répertoire se trouve sur le disque servant à la sauvegarde logicielle et donc sur un autre disque physique que le disque de travail.

•   (*) Les images ne sont supprimés des cartes mémoires (ou disque nomade de transfert) que lorsque une première phase de tri a été effectué afin de garantir que les fichiers sont intègres. Dans le cas de fichier Jpeg ou Tif, c’est s’assurer que l’image est visible a l’écran. Pour la majorité des photographes qui travaillent en Raw, même si la probabilité est faible, on ne peut se reposer sur le fait que la vignette est correcte, il faut être certain que l’ensemble est lisible. Ceci est facilement réalisable quand LR a réussi a constituer ses vignettes qui nécessitent décodage du fichier RAW.

•   (*) Au niveau matériel, le cout du Go sur disque ne cessant de diminuer, il est tous a fait possible d’utiliser une solution Raid simple (utilisant plusieurs disques) qui permet de minimiser le risque de défaillance d’un disque tout en simplifiant la reprise après cette défaillance. En effet, avec une sauvegarde copie manuelle ou par logiciel de sauvegarde, même en incrémental, quand il faut revenir a l’état avant la défaillance du disque, on se retrouve avec plus de données qui nécessite plus ou moins de travail pour faire le ménage sur les éléments volontairement supprimés dans le passé (le plus de travail arrivant avec les copies manuelles de répertoire avant tri.).
Solution choisie : utilisation de 2 disques de 1 To chacun en mode miroir (raid 1 : capacité totale de 1 To ou le deuxième disque reçoit de manière transparente et 100% automatique le contenu du premier). Certes cela parait couteux mais comme la probabilité d’avoir 2 disques qui deviennent HS en même temps est bien plus faible on diminue déjà le risque (il ne devient pas nul bien sur, incendie, vol, peuvent toucher les 2 disques en même temps mais ceci est traités plus loin). Avec un disque de l’ordre de 100€ pour 1 To en Sata 2, cela parait accessible économiquement.
Autre solution possible non retenue : Forme plus complexe de raid avec trois ou plus disques ou les donnés sont réparties entre les disques avec des donnés de contrôle qui permettent de reconstituer les données d’un disque HS avec les autres. Non retenu car même si cela semble plus favorable en terme de taux d’utilisation des disques (on ne dédie pas 100% d’un disque comme précédemment a une pure copie), cela est plus complexe à mettre en œuvre disons surtout sur la phase de restauration des données (plus longue également).

•   Ajout à ce dispositif, d’un troisième disque servant a la sauvegarde logicielle automatique. Cette sauvegarde est complémentaire de la sécurité physique par miroir ci-dessus car elle protège contre la suppression de fichier accidentelles par le photographe, voir un logiciel (de plus elle couvre d’autres éléments que les fichiers images en protégeant les applications et le système lui-même). L’objectif est que cette sauvegarde (itérative pour éviter de faire croitre exponentiellement le volume sauvegardés) soit déclenché automatiquement. (chaque fin de semaine ou mois selon l’activité de chacun), Il est a noté que ce système est toujours déclenchable manuellement si besoin (en général après un gros import au retour de vacances ou grosses moissons d’image.
Solution choisie : Utilisation d’un disque identique aux 2 disques précédant en raid ce qui facilite le remplacement d’un disque défectueux en ayant sous la main un disque de même capacité. Certes ce n’est pas parfait car ayant a priori le même âge,  la probabilité de tomber en panne dans un laps de temps proche est plus élevé, mais comme le disque de sauvegarde est moins sollicité, cela a tout de même un sens.

•   (*) Ajout d’une sauvegarde avec hébergement distant pour pallier au risque physique : incendie ou malheureusement plus probable : vol (si l’ordinateur est volé, il est fort probable que le disque externe juste à coté parte avec le voleur). Aujourd’hui, la sauvegarde sur Internet commence a devenir abordable et au delà des solutions Google (sans rentrer dans le débat : est-ce dangereux ou non de se reposer de plus en plus sur Google pour tout :-)), les prix diminuent fortement avec des services qui augmentes. Seul inconvénient (qui n’est pas négligeable), étant les volumes que nous manipulons et le débit même adsl2, cette sauvegarde est plus longue (et encore plus au départ si on veut rattraper le retard)
Solution choisie : Création d’un compte sur Carbonite.com a 50€ par an et stockage illimité. Certes cela implique un programme tournant en local sur le poste pour détecter les fichiers a exporter (mais la il faut rester raisonnable sur la parano:-)) mais cela fonctionne bien en ne sauvegardant que les répertoires demandés et en tache de fond en ne sollicitant la connexion internet que lorsque rien ne circule dessus. Au niveau énergie, ce n’est pas parfait puisque cela va surement obliger a laisser l’ordinateur allumé parfois quelques nuits afin de continuer la sauvegarde … mais espérons que les débits net augmenteront dans le futur.
Autre solution possible : un peu moins automatique donc plus contraignante mais évitant les problèmes de débit et pérennité de la société qui héberge : utilisation d’un disque externe pas trop cher avec sauvegarde régulière (disons tous les mois) et qui est stocké ailleurs (par exemple au boulot dans un tiroir fermé)

Si on fait les comptes, avec cette procédure, il existe toujours des l’import 3 copies au minimum du fichier et avec un délai une quatrième copie en distant.

2- Trois questions restantes pour avis

Je précise pour le contexte, que je mets en place cette procédure pour gérer le futur flot d’image Raw que je vais devoir gérer mais également pour les images scans de diapos déjà structurés de la même façon simplement dans un répertoire source existant autre.

•   Je n’ai pas réussi a me décider si l’étape no 1 de mon flux serait un import direct dans LR avec suppression physique des images pendant le tri (je ne suis pas dans l’optique de tout garder car ici je reproduis le même schéma qu’avec les diapos ou je jetais physiquement un maximum d’image raté) ou si cette étape passerait d’abord par un répertoire de tri (rapide pour dégrossir dirons nous) avant import dans LR.
Avantage : semble être que cela réduit le nombre d’élément importés dans LR (mais est-ce réellement un souci ? si LR gère bien sa base, lors de la  suppression de l’image, LR détruit normalement la référence dans la base.. des soucis connus ?). Autre avantage, cela me permet d’utiliser dans Nikon ViewNX, l’affichage de la zone AF par exemple pour analyser la raison d’une erreur avant suppression
Inconvénient : une étape de plus.
Des préconisations a ce sujet ?

•   Je serais plutôt partisan à migrer vers le format dng pour bénéficier d’un format ouvert. Certes 1- ce n’est pas la solution miracle pour garantir le format dans 20 ans 2- je ne suis pas si inquiet que cela sur le devenir dans mon cas de Nikon et du NEF mais avec les changements possible de version, j’ai l’impression que avec le format poussé par Adobe, j’aurais plus de chance d’avoir un convertisseur le jour ou j’aurais de convertir automatiquement une grosse photothèque. Evidemment, pour le maximum de précaution, je suis tenté de prendre l’option non destructive d’incorporation du NEF dans le DNG même si cela accroit la taille du fichier. Je reconnais qu’il est très improbable que je fasse l’opération d’extraction dans le futur mais sais t on jamais. J’hésite donc du fait du volume que cela génère de n’effectuer cette conversion qu’à la fin du tri (volume plus réduit) et il me faudra voir comment automatiser cela ou de le faire a la volée des l’import.
Avantage : la conversion dès l’import est plus simple et évite d’avoir des fichiers XMP annexe (certains diront que ce n’est pas grave vu leur volume mais cela évite des oublis si on prend le fichier pour le transférer sans passer par LR et l’export.. théoriquement tout devrait se passer dans LR mais bon...)
Inconvénient : la conversion au début entraine le stockage et sauvegarde de plus de fichier de gros volume.
Et vous DNG or not DNG ?

•   J’ai bien compris dans les explications précédentes que la meilleure hiérarchie de fichier était basée sur la date (puisque les thèmes ne sont pas gérables et gérés par métadonnées). Je prends donc l’idée année/mois-jour-{optionnellement courte description) pour les répertoires comme préconisé généralement. En revanche, au dessus des années, je voulais avoir une hiérarchie simple basé sur un niveau de répertoire avec le pays ou lieu. Donc par exemple France-Paris/2009/04-21_Louvre ou Namibie/2007/08-xx. J’ai bien compris que cela est en quelque sorte redondant avec les donnés IPTC de localisation après renseignement, mais l’idée est d’avoir une sécurité en quelque sorte si un jour (oui si) je n’utilise plus LR et veut retrouver rapidement les photos  de Paris. En effet, personnellement, je me souviens assez bien avoir fait une photo a Paris ou Carnaval de Venise mais je ne saurais pas toujours dire si cela était en 2005 ou 2006 ou 2007… Je ne pense pas que l’on puisse faire une recherche par IPTC au niveau du système de fichier du système.
Avantage : facilite une recherche simple en dehors de LR et est compatible avec structure existante pour mes scans (oui c’est vrai ce n’est qu’un demi argument car je peux faire l’effort de changer cela aussi:-))
Inconvénient : ajoute un niveau de hiérarchie de plus (ceci dit une photo contrairement au thème est unique par rapport au moment de la prise de vue (clé unique) mais aussi lieu (on n’est que a un seul endroit a la fois)
Est-ce que vous voyez un souci que je n’aurais pas vu sur cette approche ? (restreinte pour simplifier au pays avec exception juste pour les lieux plus courant pour moi comme France)

Merci d’avance pour vos retours (et pour avoir pris le temps de lire jusque la)
« Modifié: 21 avril 2009 à 20:19 par marc_pelissier »

Hors ligne jclaude

  • Membre senior
  • Messages: 353
    • Voir le profil
    • www.maintenant.ch
Bonjour,

Et bien on a de la lecture pour cette après-midi où il commence à pleuvoir !!!   
Pour la question sauvegarde, visiblement tu assures, ta façon de voir, c’est bretelles+ceinture :)

Pour ce qui est du 1er tri avant, ou dans lr, je dirais que c’est peut être lié à la puissance de la machine. Vu la taille des fichiers et les ressources demandées par lr, il faut du baraqué. C’est ainsi que je pratique. (je tire D700-D3, en RAW, sans jpeg) avec une machine puissante (quad 2.66 GHz)
Peut-être que Capture est plus rapide, je ne sais pas, j’ai écarté Capture.

La question DNG est liée à une manipulation avec un éditeur externe (photoshop p.ex.) C’est à ce moment qu’on décide. Pour ma part, ce que j’ouvre hors lr, c’est .TIFF.  Je ne crois pas à la future obsolescence de ce format tout aussi universel que le DNG. S’il devait disparaître, il ne fait aucun doute que nous pourrons recourir à des softs de réécriture dans un autre standard.  De toutes façon le 95 % de mes images sont, et restent en .NEF, seules sont donc gardée en .TIFF celles qui on vécu des retouches impossibles avec lr.  De plus tout ce que je sors pour le WEB passe par « exporter avec copie ouverte dans photoshop ». Donc rien ne sort réellement de mes « dossiers et fichiers originaux ». Je sauvegarde dans un dossiers spécifique ces publications pour le WEB, soit quelques dizaines de photos, d’un poids assez léger,  par mois.

Pour ce qui est de la hiérarchie, la structure et l’organisation de tes dossiers, c’est le point le plus important de toute l’histoire. Un nombre incalculable de photographe, j’en suis, sont passés de la pélloche aux pixels sans avoir vraiment réfléchit à la question et voudraient changer leur système après quelques années… dur, dur.
De mon côté, j’en suis à :  Disque F-photos/année/mois/et dans ce dossier mois, chaque importation fait l’objet d’un dossier avec un intitulé, deux mots maxi,  qui résume le contenu. Les lieux, c’est dans le champ prévu pour, on les retrouve avec n’importe quel logiciel. Ensuite, j’ai une hiérarchie très complète de mots-clés. Une dizaine d’items principaux, puis des sous-classes, parfois sur 5 ou 6 étages (en particulier pour les photos animalières.)

Voilà, bon courage, et ne gamberge pas trop.
Salut,
Jean-Claude

Hors ligne marc_pelissier

  • Membre confirmé
  • Messages: 57
    • Voir le profil
    • Galeries Photo Wild Images
    • E-mail
Merci Jclaude

Et bien on a de la lecture pour cette après-midi où il commence à pleuvoir !!!   
Pour la question sauvegarde, visiblement tu assures, ta façon de voir, c’est bretelles+ceinture :)
:-)) c'est bien pour moi que j'utilisais le mot paranoia :-) peut-être une déformation pro bossant en info ?
Mais néanmoins pour quelques centaines d'euros monter une configuration sure me semblait valoir la peine pour éviter de perdre des images ..
je reconnais que le texte est un peu long mais j'ai essayé de détailler pour ceux qui se poserait la question du pourquoi de chaque options et adapter/choisir pour eux en fonction de leur degré d'exigence :-)

Pour ce qui est du 1er tri avant, ou dans lr, je dirais que c’est peut être lié à la puissance de la machine. Vu la taille des fichiers et les ressources demandées par lr, il faut du baraqué. C’est ainsi que je pratique. (je tire D700-D3, en RAW, sans jpeg) avec une machine puissante (quad 2.66 GHz)
Peut-être que Capture est plus rapide, je ne sais pas, j’ai écarté Capture.
Capture ? bon ceci dit je monte ma config (nouvelle ... moi aussi comme le créateur de ce blog j'ai commencé sur un Apple II) donc ca devrait coller au niveau puissance (enfin on verra avec les premiers tests) .. ma question était plus sur le fait que certains semblaient penser que importer brut pourrait en quelque sorte "polluer" LR avec des enregistrements inutiles

La question DNG est liée à une manipulation avec un éditeur externe (photoshop p.ex.) C’est à ce moment qu’on décide. Pour ma part, ce que j’ouvre hors lr, c’est .TIFF.  Je ne crois pas à la future obsolescence de ce format tout aussi universel que le DNG. S’il devait disparaître, il ne fait aucun doute que nous pourrons recourir à des softs de réécriture dans un autre standard.  De toutes façon le 95 % de mes images sont, et restent en .NEF, seules sont donc gardée en .TIFF celles qui on vécu des retouches impossibles avec lr.  De plus tout ce que je sors pour le WEB passe par « exporter avec copie ouverte dans photoshop ». Donc rien ne sort réellement de mes « dossiers et fichiers originaux ». Je sauvegarde dans un dossiers spécifique ces publications pour le WEB, soit quelques dizaines de photos, d’un poids assez léger,  par mois.
Ok .. je suis d'accord sur la pérénnité du Tiff, d'ailleurs j'ai oublié de préciser que c'est le format que j'utilise pour stocker mes scans de dias meme travaillé dans PS. La solution de passer au TIFF pour les rares cas non traitable par LR me convient bien.
Je pensais bien en terme d'originaux et non des fichiers produits, mais j'avoue être tenté à ne pas avoir des fichiers .xmp séparé .. bon ca doit surement être le fait que je n'ai pas encore assez utilisé LR et donc être dans mon ancien mode a penser a me ballader dans les répertoires sans passer par LR ..

Ceci me fait penser que j'avais oublier une question, j'ai moi aussi à exporter les fichiers pour mon site Web parfois des concours .. par principe, je sauvegarde ces fichiers dans des répertoires dédiés .. (en effet faible volume) ... je me demandais juste si je n'allais pas les intégrer dans le catalogue dans des collections séparés avec des mots clés adaptés. Mon objectif (comme plusieurs que j'ai lu dans le fil) étant d'essayer de savoir retrouver l'original qui a servi a créer l'image en utilisant (le plus simplement possible pour éviter une usine à gaz) la capaciyé d'indexation de LR.

Pour ce qui est de la hiérarchie, la structure et l’organisation de tes dossiers, c’est le point le plus important de toute l’histoire. Un nombre incalculable de photographe, j’en suis, sont passés de la pélloche aux pixels sans avoir vraiment réfléchit à la question et voudraient changer leur système après quelques années… dur, dur.
De mon côté, j’en suis à :  Disque F-photos/année/mois/et dans ce dossier mois, chaque importation fait l’objet d’un dossier avec un intitulé, deux mots maxi,  qui résume le contenu. Les lieux, c’est dans le champ prévu pour, on les retrouve avec n’importe quel logiciel. Ensuite, j’ai une hiérarchie très complète de mots-clés. Une dizaine d’items principaux, puis des sous-classes, parfois sur 5 ou 6 étages (en particulier pour les photos animalières.)

Voilà, bon courage, et ne gamberge pas trop.

OK merci c'est proche donc.
Pour la hiérarchie, j'ai aussi passé un bon bout de temps à lire l'autre fil sur le sujet et digérant la chose, j'ai repris des idées et je part sur IPTC pour les lieux et hiérarchie de mot clés pour le reste (en essayant de commencer avec les bonnes branches mais pas trop complexes ..) je posterais ma reflexion dans l'autre fil ..

Merci encore et disons que je ne gamberge pas trop :-) j'essaye de prendre un poil de temps pour réflechir à la mise en place du système (même si cela ne sera surement pas parfait)



Hors ligne Gilles

  • Administrateur
  • Membre héroïque
  • Messages: 7334
    • Voir le profil
    • Utiliser Lightroom
    • E-mail
Lightroom permet beaucoup d'organisations différentes. Je recommande la plus grande simplicité possible avec un ou plusieurs dossiers principaux (travail, business, famille) puis un classement de dossiers par année, suivi de dossiers AAAA-MM-JJ avec un titre simple. Les thèmes doivent être gérés via les collections.
Et, bien sûr, un seul catalogue !

Cdlt, Gilles.
Mon QI est tenace...

manhattan29

  • Invité
Pour moi le fait de classer ses photos par dates permet une gestion plus facile des sauvegardes sur DVD, on sauvegarde au fur et à mesure, mois par mois...
« Modifié: 25 avril 2009 à 16:36 par manhattan29 »

Hors ligne marc_pelissier

  • Membre confirmé
  • Messages: 57
    • Voir le profil
    • Galeries Photo Wild Images
    • E-mail
Ok merci ..
Un seul catalogue par ailleurs est prévu.

Hors ligne pouto

  • Membre junior
  • Messages: 30
    • Voir le profil
    • E-mail
Lightroom permet beaucoup d'organisations différentes. Je recommande la plus grande simplicité possible avec un ou plusieurs dossiers principaux (travail, business, famille) puis un classement de dossiers par année, suivi de dossiers AAAA-MM-JJ avec un titre simple. Les thèmes doivent être gérés via les collections.
Et, bien sûr, un seul catalogue !

Cdlt, Gilles.

Hello,

Ma méthode, proche de la tienne et identique depuis les débuts de la beta de LR:
les dossiers par défaut crées par LR (donc AAAA-MM-JJ)....et c'est tout pour l'organisation physique des images. Pas de thème dans les noms de dossiers, je trouve les autres outils de LR plus adaptés pour cela.
"L'organisation logique", est géré par mots-clés, IPTC, collections et collections dynamiques...même si mon statut d'amateur m'autorise quelques oublis et une rigueur assez...lache dans le remplissage de ces champs ou le tri des photos dans les collections...

C'est de loin ce que je trouve de plus simple et de plus pérenne...
Me reste juste à m'imposer de mieux ranger tout cela :p

Hors ligne o_torrents

  • Nouveau
  • Messages: 10
    • Voir le profil
    • E-mail
Bonjour,
tout d'abord, j'ai toutes mes photos sur la partition D: (Données) dans le disque dur de l'ordinateur principale (branché derrière un onduleur).

Mon classement est par ordre chronologique à la norme ISO
AAAA_MM_JJ_Breve description

Tous les dossiers "AAAA_MM_JJ_Breve description" se suivent un derrière l'autre.
Je n'ai pas de dossiers qui regroupent d'autres dossiers style année "AAAA" ou mois "MM" ou des dossiers "Famille" ou "Travail".

A l'intérieur de chaque les photos sont renommées (AAAAMMJJ_CodeSite_CodePhotographe_NumeroSequenceBoitier) par le même logiciel de catalogage (LR) que j'utilise pour la recherche.
Cette méthode de renommée permet :
- la recherche des photos sans un logiciel de catalogage plus facile
- évite trouver deux noms égaux pour deux photos différentes (quand vous changer d'appareil photo).
- À l’exportation, les photos sont rangées par ordre chronologique

J'ai plusieurs sauvegardes  de la photothèque (photos, catalogue, mots clés et fichiers de LR inclus) qui se trouve dans mon ordinateur principale : une sauvegarde vers l'ordinateur portable, une sauvegarde vers un disque dur externe (le HD ne travaille que à la sauvegarde), une sauvegarde sur des cartes mémoires dans un endroit physique séparé et certaines photos sur le WEB.

Toutes ces précautions m'évitent la perte de données, me facilitent les tâches de sauvegarde, l'échange entre l'ordinateur principale et le portable, etc.

voilà,

Oriol
« Modifié: 23 octobre 2009 à 16:30 par o_torrents »

Hors ligne Gilles

  • Administrateur
  • Membre héroïque
  • Messages: 7334
    • Voir le profil
    • Utiliser Lightroom
    • E-mail
Oriol, je pense que ta méthode est effectivement la bonne, car elle est simple et solide. Merci d'avoir partagé.
Mon QI est tenace...

Hors ligne Oodini

  • Membre senior
  • Messages: 319
    • Voir le profil
La bonne ? Il n'y en aurait donc qu'une seule ?

Personnellement, je n'ai que faire d'un classement chronologique. La thématique est pour moi plus importante.
Lightroom 3.4 - Windows XP (32 bits)

Hors ligne Gilles

  • Administrateur
  • Membre héroïque
  • Messages: 7334
    • Voir le profil
    • Utiliser Lightroom
    • E-mail
Classer les dossiers par thématique alors qu'on a les collections, les ensembles de collections et les métadonnées est effectivement pour moi un non sens.
Mon QI est tenace...

Zaphod

  • Invité
La bonne ? Il n'y en aurait donc qu'une seule ?
Personnellement, je n'ai que faire d'un classement chronologique. La thématique est pour moi plus importante.
Et donc chaque photo, pour toi, n'a qu'un seul thème ?

Pour moi le classement chronologique s'impose par simple raison logique :
- une photo a une seule date
- une photo peut avoir plusieurs thèmes (et plusieurs mots clés)

Comme une photo ne peut être stockée que dans un dossier, mais peut appartenir à plusieurs collections... les collections (ou les mots clés) sont naturellement largement plus adaptée pour les thèmes...