2024-05-21_11-35-27

Suppression d’éléments indésirables grâce à l’IA générative d’Adobe.

 

Bonjour à tous,

En ce qui concerne l’écosystème Lightroom, il y a deux périodes importantes pour les mises à jour : le passage à la nouvelle version lors de la conférence Adobe MAX en octobre, et au printemps, au mois d’avril, avec les versions X.3. Sauf que cette année, la mise à jour du printemps aura pris un peu plus de temps et débarque donc en mai plutôt qu’avril. Et c’est pour la bonne cause, puisque l’IA générative et les technologies Adobe Firefly font leur apparition dans toutes les versions de Lightroom (Classic, cloud et mobile), pour la suppression d’éléments indésirables, la reconstruction après recadrage ou l’ajout d’éléments, comme dans Photoshop n’étant pas (encore) du voyage.

Il n’en reste pas moins que nous sommes sur une mise à jour copieuse qui inclut également un nouveau moteur de synchronisation cloud pour Lightroom Classic, la capture connectée avec les appareils Sony ou encore la sortie de phase expérimentale de l’outil Flou de l’objectif. C’est ce que nous allons voir en détail ici avec quelques recommandations importantes, client par client, et la liste des nouveaux matériels pris en charge sera abordée à la fin de l’article.

Ces versions du printemps 2024 sont donc Lightroom Classic 13.3, Lightroom 7.3 et Lightroom mobile 9.3. Pensez également à mettre Photoshop et Camera Raw (8.3) à jour, pour assurer une parfaite continuité dans le flux de travail avec Lightroom.

Tous clients

Outil Supprimer avec IA générative

Nombreux sont les photographes qui ont eu l’occasion de tester la suppression d’éléments gênants IA dans Photoshop, et qui espéraient une arrivée rapide dans Lightroom. Un peu plus d’un an après, c’est chose faite, et, désormais, en plus des traditionnels outils Corriger et Dupliquer, voici l’outil Supprimer avec l’option IA générative qui, pour l’instant, reste en mode Accès anticipé, c’est-à-dire en phase publique de test à grande échelle.

Lorsque la case IA générative n’est pas cochée, l’outil Supprimer (le premier pictogramme à gauche) fonctionne peu ou prou comme l’outil Correcteur localisé de Photoshop, et s’avère idéal pour nettoyer une image des petites imperfections, comme la poussière et les taches de capteur. Si vous cochez l’option IA générative, l’outil va fonctionner comme son équivalent dans Photoshop, en mettant en œuvre des algorithmes qui vont recréer l’image pour remplacer les éléments à supprimer, et en proposant 3 variantes que vous pouvez faire défiler avec les flèches qui vont s’afficher dans le panneau à droite. Si les propositions ne vous conviennent pas, vous pouvez en générer 3 nouvelles en cliquant sur Actualiser, et ainsi de suite.

2024-05-21_11-36-16

Le panneau Supprimer entièrement réorganisé, avec la suppression IA générative.

 

Le mode opératoire est le suivant :

  1. Cochez l’option IA générative.
  2. Passez le pinceau sur l’élément à supprimer, un masque rouge y est apposé.
  3. Dans le panneau de droite, vous pouvez affiner en ajoutant ou en soustrayant à la sélection (comme dans l’outil Masquage), et vous pouvez régler le diamètre du pinceau.
  4. Cliquez sur Appliquer.
  5. Une barre de progression des calculs de l’IA s’affiche.
  6. Le résultat est visible dans l’image, et vous disposez de 3 variantes que vous pouvez faire défiler avec les flèches qui apparaissent dans le panneau.
  7. Si le résultat ne vous convient pas, cliquez sur Actualiser autant de fois que nécessaire pour obtenir, à chaque fois, 3 nouvelles variantes.
  8. Pour encore plus de précision, vous pouvez cocher Basée sur l’objet, la sélection restant modifiable comme à l’étape 3.

2024-05-21_11-36-55

2024-05-21_11-38-16

Comme dans l’outil Masquage, vous pouvez affiner la sélection avec les pinceaux Ajouter ou Soustraire.

 

Il y a également un certain nombre de choses IMPORTANTES que vous devez savoir :

  • Une connexion Internet est requise afin que l’outil vous propose un résultat et ses variantes.
  • La définition employée est à ce jour limitée à 2048 x 2048, ce qui signifie que dans, certaines conditions, avec certains arrière-plans, la correction va se voir.
  • Pour un maximum d’efficacité, n’essayez pas de faire une sélection très précise de l’élément à supprimer. Au contraire, peignez largement et pensez à inclure l’ombre de l’élément que vous souhaitez supprimer.
  • L’utilisation de l’IA générative d’Adobe repose sur un système de crédits mensuels attribués à l’utilisateur et, donc, chaque utilisation, y compris l’actualisation, va vous faire consommer des crédits. Pour l’instant, aucune tarification ni aucun mode opératoire n’ont été dévoilés ni déployés, tout est encore en cours d’étude et de discussion chez Adobe. Ce système de crédit s’explique par le fait que l’IA générative peut employer des images sur lesquelles Adobe paie des droits. Il est probable que, selon l’abonnement, l’utilisateur aura droit à un quota mensuel de crédits et si ce quota est dépassé, la fonctionnalité serait toujours disponible sous certaines restrictions à définir, à moins d’acheter des crédits supplémentaires. Vous pouvez vérifier et gérer les crédits dans votre application Creative Cloud, en cliquant sur votre avatar. Pour l’instant, il n’y a pas de facturation, le système étant en phase de test (Accès anticipé).
  • Par rapport au point précédent, n’utilisez pas l’IA générative pour nettoyer les poussières, les taches de capteur et les petites imperfections, au risque de voir votre quota de crédits fondre à vue d’œil.
  • N’hésitez pas à faire part de vos commentaires et même de fournir des exemples via le lien intégré au panneau. Adobe a besoin de vos retours pour affiner les performances et la qualité de ces outils.
  • Le Filtre de bibliothèque et les règles de collection dynamique permettent la recherche sur les images ayant subi une suppression par IA générative.

Le masque d’affichage monochrome ainsi que les options d’affichage des masques de correction ont été, pour des raisons pratiques, déplacées de la barre d’outils sous l’image au panneau, dans le volet de droite.

Flou de l’objectif

2024-05-21_11-49-50

Préréglages adaptatifs du flou de l’objectif.

 

Cet outil, qui permet de générer des arrière-plans flous et du bokeh grâce à l’IA n’est pas une nouveauté en soi, mais, jusqu’à présent, il s’agissait d’une version expérimentale. Aujourd’hui, vous disposez d’une version finalisée, avec des algorithmes produisant des résultats de meilleure qualité et plus précis. Les évolutions incluent également :

2024-05-21_11-53-02

Les nouveaux libellés Proche/Éloigné permettent de mieux visualiser la plage de mise au point.

  • L’intégration aux fonctions de traitement par lot (copier/coller, synchronisation et synchro auto, préréglages).
  • Un jeu de 8 paramètres prédéfinis de développement adaptatifs d’arrière-plan flou (la sélection du sujet se fait par l’IA lors de l’application de ces préréglages).
  • Pour faciliter l’interprétation de la plage de mise au point, les libellés Proc (proche) et Eloig (éloignée) ont été ajoutés à chaque extrémité. Dès que vous déplacez les repères dans la plage, ces libellés sont remplacés par des valeurs numériques de distance (de 0 à 100).

2024-05-21_11-55-36

Les presets adaptatifs me permettent, entre autres, d’améliorer le flou d’arrière-plan de mon zoom.

 

Honnêtement, cet outil m’avait laissé perplexe, mais avec le temps, je me suis surpris à l’employer, notamment pour les images prises avec mon smartphone, et pour donner un peu plus de cachet aux images prises avec mes Sony 100-400 ou 70-200. Récemment équipé d’un Samyang 135 mm f/1.8, je suis curieux d’en faire des comparaisons.

Débruitage IA avec ANE (Apple Neural Engine)

J’ai été le premier surpris, lors de la phase de test, de découvrir que, jusqu’à présent, le débruitage IA de Lightroom Classic et de Lightroom « cloud » version desktop n’exploitait pas le moteur neuronal des Mac à processeurs M1, M2 et M3. C’est désormais chose faite, mais il faudra macOS 14 (Sonoma) au minimum !

Lightroom Classic 13.3

Important : votre catalogue sera mis à jour lors du premier lancement de cette version. L’opération peut durer de quelques dizaines de secondes à quelques minutes.

Sous le capot

Outre les nouveautés abordées ci-dessus, un certain nombre de changements ont été apportés au fonctionnement de la version traditionnelle de Lightroom :

  • Un nouveau moteur de synchronisation avec le cloud, qui devrait être plus fiable, plus fluide et moins sujet aux blocages qui intervenaient parfois. Au point que le bouton caché de reconstitution des données (Préférences > Lightroom Synchronisation) ne sera plus nécessaire et devrait même disparaître bientôt. Notez que la bascule de l’ancien au nouveau moteur de synchronisation peut prendre un peu de temps (il est recommandé de laisser Lightroom Classic ouvert au moins 3 heures après avoir fait la mise à jour du logiciel et du catalogue). Si une synchro est encore en cours, attendez qu’elle soit terminée avant de mettre à jour vers Lightroom Classic 13.3. Si la synchro semble bloquée, alors faites la mise à jour vers 13.3.
  • Toujours sous le capot, Adobe a commencé un chantier d’optimisation des aperçus, ceux qui sont créés à l’importation et stockés dans le dossier ou fichier nomdevotrecatalogue Previews.lrdata. L’architecture n’est plus pyramidale, et, au final, l’ensemble des aperçus devrait s’alléger et contribuer à une amélioration des performances. Le dossier ne sera pas mis à jour comme peut l’être le catalogue lors de certaines mises à jour, mais les nouvelles importations adopteront la nouvelle architecture, et à chaque fois que vous sélectionnerez une image déjà présente.

Capture connectée avec les boîtiers Sony

Sony rejoint enfin Nikon et Canon pour la prise de vue en mode connecté au sein de Lightroom Classic. La liste des appareils pris en charge inclut :

  • Sony Alpha 1
  • Sony Alpha 7R IV
  • Sony Alpha 9 II
  • Sony Alpha 7R V
  • Sony Alpha 7S III
  • Sony Alpha 7 IV
  • Sony Alpha 7C
  • Sony Alpha 6700

D’autres appareils Sony pourraient être pris en charge, à vous d’essayer. En ce qui me concerne, le A7RIII ne l’est pas (en tout cas, pas le mien). Quoi qu’il en soit, je ne suis pas un fan de cette fonction et j’ai toujours préconisé l’utilisation conjointe du logiciel du fabricant de l’appareil et de l’importation automatique de Lightroom Classic. Dans tous les cas, n’oubliez pas de configurer votre appareil afin qu’il soit détecté par vos logiciels (consultez la notice d’emploi).

Statut d’exportation

2024-05-21_12-05-17

2024-05-21_12-03-25

Filtrage rapide des images exportées (ou non).

Un nouveau filtre rapide et fort pratique a été ajouté au film fixe, pour filtrer les images qui ont été exportées ou celles qui ne l’ont pas été. Cet ajout est accompagné des fonctionnalités suivantes :

  • Vous trouverez également ces filtres dans les règles de collections dynamiques (si vous avez déjà utilisé la précédente règle d’exportation, vous devrez mettre à jour ou refaire votre collection dynamique avec les nouvelles règles).
  • Vous pouvez réinitialiser le statut d’exportation des images sélectionnées (menu Photo ou dans le menu contextuel clic-droit > Réinitialiser l’état de l’exportation).

Autres évolutions

Chaque mise à jour s’accompagne toujours d’une foule de petites améliorations ou des changements mineurs, que voici en vrac :

  • Ajout de la catégorie Accessibilité et des champs IPTC Texte alternatif et Description détaillée, compatibles avec les moyens de saisie proposés aux déficients visuels par les systèmes d’exploitation (ces champs sont également disponibles dans le filtre de Bibliothèque et les règles de collection dynamique).
  • Ajout de la règle A Couleur de point dans le filtre de bibliothèque et les règles de collection dynamique.
  • Optimisation de la mise en cache des images dans le module Développment, ce qui permet un affichage et une navigation plus fluide dans des groupes d’images.
  • Intégration du dernier SDK Canon, ce qui permet la prise en charge d’autres appareils pour la prise de vue en mode connecté.

Lightroom 7.3

2024-05-21_12-09-36

Le nom des fichiers dans la grille de Lightroom cloud… enfin !

2024-05-21_12-12-44

La courbe utilisable pour traiter les vidéos.

Le client pour ordinateur de Lightroom version cloud évolue également, avec la suppression IA et la version finalisée du flou de l’objectif, ainsi que les nouveautés suivantes :

  • L’affichage des noms de fichiers dans les vignettes de la grille… incroyable, non ? Je me suis battu plusieurs années pour obtenir ce qui tombe pourtant sous le sens, on m’a même demandé, chez Adobe, de justifier ma proposition et quel en était l’intérêt ! Mon argumentaire a été très simple : le nom de fichier est une information, un repère naturel, et je leur ai parlé de ma collection de National Geographic (25 ans) et d’imaginer rechercher un numéro en particulier sans avoir la moindre information sur la tranche des magazines.
  • Une commande Archiver localement (menu clic-droit ou menu Édition), qui permet de stocker une image ou une sélection d’image sur votre disque dur au lieu de la garder ou de les garder dans le cloud. J’en profite pour rappeler que depuis la version 7.0, Lightroom version cloud gère également vos dossiers sur le disque dur, ce qui vous permet d’optimiser votre espace cloud en n’y chargeant que ce que vous souhaitez.
  • En mode de gestion locale (dossiers accessibles dans l’onglet Local, en haut à gauche, il est possible de dupliquer des photos). Vous pouvez également actualiser le contenu des dossiers (par exemple après avoir modifié le contenu en ajoutant ou en retirant des fichiers) sans avoir à passer à un autre dossier et à y revenir. Pour celà, clic-droit > Actualiser le dossier.
  • Vous avez désormais le choix de la durée de mise en pause de la synchronisation cloud : 30 minutes, 1 heure, jusqu’au lendemain, indéfiniment. J’ai un peu de mal à saisir l’intérêt de cette possibilité mais, voilà, elle a le mérite d’exister.
  • Il est désormais possible d’utiliser la courbe de tonalité pour corriger les vidéos.
  • La fenêtre de prévisualisation de l’exportation affiche désormais en HDR, dès lors que le fichier a été traité en mode HDR.
  • Un mode diaporama est également disponible (il existait depuis plusieurs années mais est toujours resté caché, comme beaucoup de fonctionnalités d’ailleurs). Sélectionnez des images puis allez dans le menu Affichage > Démarrer le diaporama. L’affichage passe en mode plein écran, et un cartouche vous permet d’avancer ou reculer manuellement, mettre en pause, annuler, mettre en boucle et régler la vitesse.

2024-05-21_12-11-29

Mode diaporama de Lightroom desktop.

Lightroom mobile 9.3

La liste est plus courte pour les versions iOS et Android :

  • Suppression IA générative (connexion Internet requise).
  • Version finale du flou de l’objectif.
  • Sur la version Android, amélioration du double-tap pour zoomer, et possibilité de zoomer et de naviguer dans les outils Supprimer et Masquage.
  • Sur la version iOS, vous pouvez paramétrer la taille du cache local, pour stocker des images sur l’appareil. Allez dans les Paramètres > Espace de stockage local > Gérer le stockage (10 Go par défaut, réglageble de minimum à 100 Go).

Lightroom web

2024-05-21_12-21-35

Suppression IA générative dans Lightroom web.

Le client pour navigateur web de Lightroom évolue à sa propre cadence, indépendamment du reste de l’écosystème Lightroom (il peut même parfois proposer des outils expérimentaux). La dernière mise à jour remontait à mars 2024, avec l’implantation du pinceau dans les outils de masquage (vous pouvez voir un récapitulatif des nouveautés des mois passés via le ? en haut à droite > Nouveautés).

La suppression IA générative a également été intégrée aujourd’hui dans le client web.

Nouveaux matériels pris en charge

Objectifs

Hasselblad X

  • Hasselblad XCD 2,5/25V

Leica

  • Leica Leitz Phone 3 (smartphone)

Sigma L

  • Sigma 15mm F1.4 DG DN Diagonal Fisheye A024
  • Sigma 50mm F1.2 DG DN A024
  • Sigma 500mm F5.6 DG DN OS S024
  • Sigma 500mm F5.6 DG DN OS S024 + TC-1411
  • Sigma 500mm F5.6 DG DN OS S024 + TC-2011

Sony FE

  • Sigma 15mm F1.4 DG DN Diagonal Fisheye A024
  • Sigma 50mm F1.2 DG DN A024
  • Sigma 500mm F5.6 DG DN OS S024

Xiaomi

  • Xiaomi 14 Ultra (smartphone)
  • Xiaomi Civi 4 Pro (smartphone)

Prise de vue en mode connecté

Outre les appareils Sony cités dans l’article :

Canon

  • EOS R10
  • EOS R100
  • EOS R50
  • EOS R6 Mark II
  • EOS R7
  • EOS R8
  • PowerShot V10

Certains matériels qui n’étaient pas encore pris en charge par Lightroom mais l’étaient depuis Camera Raw 16.2.1, le sont désormais :

  • Apple iPhone 15 tous modèles (smartphone).
  • Olympus OM TG7.
  • Panasonic Lumix DCG9M2.
  • Sony A7CII.
  • Sony A7CR.

2024-04-21_12-16-37Peakto Search 1.0, recherche sur les mots « coucher de soleil ».

2024-04-21_12-15-29

Recherche sur le mot « voilier ». Les vignettes peuvent être soit carrées, soit au format de l’image ( comme ici ).

Bonjour à tous,

Il va falloir patienter encore un peu pour l’actualité Lightroom, et je vous promets des choses intéressantes et même du lourd avant l’été !

En attendant, je voulais vous signaler la sortie de Peakto Search, un plugin de recherche d’images pour la version Mac de Lightroom Classic. Développé par CYME, une entreprise française basée à Montpellier (et fondée par des alsaciens !), notoirement connue pour Avalanche, sa solution de conversion de catalogues multi-logiciels, Peakto, un logiciel de catalogage ou encore FindMySnap, une application de recherche de photos pour iOS, Peakto Search repose sur les technologies IA employées par l’éditeur pour offrir, à vos sessions de Lightroom Classic, un outil de recherche d’images par prompts et aussi par similarité.

2024-04-21_10-36-06

Peakto Search peut indexer et rechercher dans plusieurs catalogues à la fois.

Peakto Search présente la particularité de ne pas s’installer dans Lightroom Classic, mais sous la forme d’un widget, directement dans la barre de menus de votre Mac. Ses algorithmes IA fonctionnent en local et, donc, pas de cloud et de connexion Internet obligatoires. Le plug-in présente un certain nombre de particularités et de fonctions qui le rendent unique, avec une approche très différente d’un plugin comme Excire :

  • Il est capable d’indexer et de faire de la recherche au travers de multiples catalogues, même s’ils sont fermés. Après installation, bien entendu, il faudra lui laisser le temps d’indexer votre ou vos catalogues (quelques heures, selon la puissance de votre machine, Peakto Search étant capable de tirer parti de l’accélération graphique et du moteur neuronal d’Apple).
  • Vous pouvez agir sur plusieurs niveaux de tolérance (c’est-à-dire la précision) lors des recherches.
  • En cliquant sur une image résultant de la recherche, celle-ci s’ouvrira dans Lightroom Classic, dans le mode d’affichage souhaité, grille, loupe, ensemble (paramétrable dans les préférences de Peakto Search) et si le catalogue dans lequel se trouve l’image n’est pas ouvert, Lightroom Classic fermera automatiquement la session en cours et s’ouvrira sur le bon catalogue.
  • Peakto Search prend également en charge les vidéos cataloguées, et est même capable de vous indiquer à quel endroit se trouve le sujet sur lequel vous faites une recherche.
  • Le plugin vous permet de chercher dans votre langue bien sûr, mais également dans d’autres langues (le mode par défaut est sur Auto, ce qui correspond à la langue de macOS).
  • À partir du résultat de la recherche, vous pouvez créer une collection qui apparaîtra dans votre session Lightroom Classic.
  • Peakto Search peut tenir compte, dans sa recherche, des marqueurs employés par Lightroom Classic : libellés de couleur, fanions de tri, évaluation en étoile et, bien sûr, la possibilité de n’afficher que les photos, ou que les vidéos.
  • Enfin, le programme est tout le temps disponible, vous pouvez décider de l’afficher au premier plan ou à l’arrière-plan, la fenêtre est redimensionnable. La recherche et l’affichage de résultats sont quasi instantanés.

2024-04-21_12-21-59

2024-04-21_12-22-46Recherche sur le mot « voilier » puis affichage dans Lightroom Classic selon le mode Ensemble ( paramétrable dans les préférences du plugin ).

2024-04-21_12-23-57

2024-04-21_12-24-41

Recherche par image similaire, glissée et déposée dans la fenêtre de Peakto Search.

2024-04-21_12-25-31

Pour les vidéos, Peakto Search est capable d’afficher, avec une petite barre bleue, l’endroit où se trouve le sujet recherché.

Alors que faut-il penser de Peakto Search ?

Je ne cacherai pas que j’ai été invité à le tester dès les premières bêtas et à donner mon avis (attention, je n’ai aucun accord commercial et je ne suis pas rémunéré par CYME). Au départ, il y avait le catalogueur Peakto, mais je n’ai jamais vraiment réussi à accrocher, car je ne voyais pas l’intérêt, en tant qu’utilisateur de l’écosystème Lightroom, d’avoir une couche supplémentaire de gestion, au-dessus, et je n’utilise pas d’autres logiciels de gestion d’images, Peakto étant tout à fait capable de concaténer, en quelque sorte, les bases de données de divers logiciels, ce qui est remarquable.

D’où l’idée de l’éditeur de proposer une version visant et permettant aux utilisateurs de Lightroom Classic de tirer parti des technologies employées par Peakto. Ce qui est bien évidemment une excellente idée, d’autant qu’Adobe n’a pas l’air décidé de moderniser le module Bibliothèque avec de telles technologies, ni de faire redescendre en local celles qui sont employées par la version cloud et mobile de Lightroom. Peakto Search est un pur outil de recherche d’images, il n’a pas pour vocation, contrairement à Excire Search, de générer et de vous permettre de récupérer des mots-clés. Pour quoi faire d’ailleurs ? La gestion des mots-clés est un travail fastidieux, de longue haleine et qui n’est pas facilité par l’absence de thésaurus en français (contrairement aux anglo-saxons qui disposent de bien plus de choix, souvent payants). Ça fait des années que j’espère pouvoir un jour me passer de mots-clés et, aujourd’hui, l’IA (intelligence artificielle) le permet, car elle est capable d’analyser le contenu d’une image, son contexte, y compris les critères subjectifs. Bien entendu, certains photographes ont des besoins précis en termes de mots-clés, pour identifier des races d’animaux, de plantes ou que sais-je… mais l’IA apprend et évolue très vite. Depuis des années déjà, elle est capable de détecter les expressions et les attitudes dans les photos, d’établir les races de papillons ou que sais-je encore.

Autre avantage d’un outil comme Peakto Search, vous verrez avec joie ressurgir des images et des souvenirs oubliés au fur et à mesure de vos recherches, cela vous donnera l’occasion de revisiter vos archives et d’apporter un œil neuf sur des images qui ne vous avaient pas marquées il y a quelques années.

En revanche, amis utilisateurs de PC sous Windows, il va falloir passer votre chemin car CYME développe exclusivement pour Mac, pour différentes raisons en termes techniques et de ressources. Vous pouvez toujours manifester votre désir de voir une version PC un jour, soit en leur écrivant, soit en organisant des manifestations sous leurs fenêtres avec pancartes, gilets jaunes et j’en passe. À titre personnel, et en tant que spécialiste de Lightroom, qui est un modèle en ce qui concerne l’approche cross-platform, je me suis toujours montré hésitant à présenter des outils, des plugins ou des éditeurs externes qui ne sont pas disponibles à la fois sur Mac et sur PC. Aujourd’hui, sortir un outil ou un service photo qui n’offre pas d’intégration avec l’écosystème Lightroom, c’est se tirer une balle dans le pied (si, si, ça existe), mais ce n’est pas le cas de CYME, et je peux vous assurer que leur direction et leur staff sont parfaitement conscients de l’absence sur Windows. Mais vous pouvez compter sur moi pour faire du lobbying !

Peakto Search, un outil aujourd’hui incontournable, disponible sur le site CYME, avec une version d’essai 7 jours. Profitez également des offres de lancement (-25%), et vous avez même le choix entre abonnement et licence perpétuelle.

À bientôt, n’hésitez à faire part de votre avis et de vos retours, soit ici, soit sur le forum, soit dans le groupe Utiliser Lightroom sur Facebook.

Gilles.

 

2024-03-05_14-24-09La fenêtre de traitement avec aperçu.
Bonjour à tous,
L’indispensable plug-in DxO PureRAW4 est disponible !
Avec DeepPRIME XD2, une évolution du moteur de dématriçage/débruitage, encore plus fin, avec plus de détails et fini les artefacts. Vous y trouverez également un outil d’optimisation de la netteté d’objectif amélioré, et, enfin, un mode de traitement avec aperçu en temps réel des corrections, y compris pour le bruit ! PureRAW 4 est disponible dès maintenant sur le site de DxO. La rédaction du guide utilisateur et la traduction des pages web du logiciel sont aussi l’œuvre de votre serviteur.
N’hésitez pas à commenter vos essais et comparaisons.
À bientôt !
Gilles.

 

2024-02-21_08-06-47

Bonjour à tous,

C’est devenu une routine, voici donc la mise à jour intermédiaire de février 2024, qui n’apporte pas de changements, hormis la prise en charge de matériel, la correction de bugs et quelques nouveaux filtres de tri pour Lightroom Classic. Il faudra donc patienter jusqu’en avril pour avoir quelque chose de plus consistant (rappelez-vous de l’arrivée du débruitage IA en avril 2023…).

Voici donc Lightroom Classic 13.2, Lightroom 7.2, Lightroom mobile 9.2 (iOS, iPadOS, Android, Chromebook) et, bien sûr, n’oubliez pas de mettre à jour Camera Raw (16.2) pour éviter la boîte de dialogue de compatibilité qui apparaît à chaque voyage vers Photoshop.

Lightroom Classic 13.2 devrait faciliter le travail de ceux qui pratiquent intensément le masquage, avec de nouvelles options pour le Filtre de bibliothèque et les Collections dynamiques, ainsi que des options de tri pour l’affichage en mode Grille. Les menus concernés ont également été légèrement remaniés. Une image valant mieux qu’un long discours, voici ces nouveautés :

2024-02-19_10-23-12

Nouvelles options pour Collections dynamiques et Filtre de bibliothèque.

2024-02-19_10-23-34

Nouvelles options de tri en mode Grille.

Une nouveauté importante à noter, les marqueurs de tri, c’est-à-dire les petits fanions que vous appliquez à vos images sont désormais enregistrés dans les métadonnées des fichiers, notamment les fichiers annexes des raw, ou dans les en-têtes des fichiers DNG, TIFF, JPEG, etc. Ceci devrait vous permettre de retrouver les marqueurs dans d’autres sessions de Lightroom et de tout logiciel qui sera capable de lire l’information.

Enfin, dans le but de fluidifier le programme, l’équipe Lightroom a optimisé l’usage de la RAM dans le module Développement, ce qui devrait accélérer le défilement des images. Le travail continue d’ailleurs pour optimiser le fonctionnement du programme, comme vous le verrez dans de futures mises à jour.

Les nouveaux matériels pris en charge :

Appareils

  • DJI Osmo Action 4
  • OnePlus 12 (smartphone)
  • OPPO Find X7 et X7 Ultra (smartphones)
  • Samsung S24, S24+ et S24 Ultra (smartphones)

Objectifs

  • Sony FE 300mm F2.8 GM OSS

Catégorie: Mises à jour // 3 commentaires

box_clean_highres_search2024

Bonjour à tous,

Si Lightroom Classic est et reste depuis longtemps une référence en termes de gestion de photothèque, force est de constater que les technologies reposant sur l’intelligence artificielle (IA), très bien exploitées côté traitement des images, font encore défaut en ce qui concerne le catalogage. Il est difficile de prédire si Adobe va ouvrir ou pas le logiciel aux technologies employées dans la version « cloud » de Lightroom, à commencer par la possibilité de rechercher des images en décrivant le contenu (Lightroom « cloud » analyse le contenu de vos images, ce qui vous permet de faire des requêtes avec des mots-clés, y compris sur des critères subjectifs).

Mais le plug-in Excire Search 2024, que je vous présente ici, va changer la donne et donner enfin aux utilisateurs de Lightroom Classic la possibilité de tirer parti d’outils modernes et de changer assez radicalement la manière de chercher, filtrer et regrouper des images. Développé par la société Pattern Recognition Company, regroupant des spécialistes IA de l’Université de Lübeck, en Allemagne, Excire Search met en œuvre un certain nombre de technologies, reposant sur pas moins de 5 modèles IA au service des outils suivants :

  • Recherche d’images par prompt (fonction Recherche par texte) : saisissez un mot, une description en langage naturel, y compris complexes, pour trouver, grâce à la technologie X-prompt AI, les photos correspondantes. Pour l’instant, la saisie de texte n’est possible qu’en anglais (et en allemand) et, si vous n’êtes pas familier de cette langue, vous trouverez aisément, sur Internet, des outils gratuits pour traduire vos requêtes (DeepL, ChatGPT, Bard, etc.).

2024-01-16_11-11-05Recherche d’image par texte (prompts).

  • Évaluation de l’aspect esthétique des images (fonction Recherche avec esthétique) : le modèle X-tetics AI est en mesure d’évaluer les qualités esthétiques de vos images et vous permet de filtrer vos plus belles images… ou les plus moches ! Et croyez-moi, ça marche très bien, votre dévoué en fait les frais…

2024-01-16_11-15-00Recherche des images selon leur esthétique.

  • Catégorisation automatique (fonction Transférer des mots-clés) : un nouveau modèle, X-tags AI, analyse les photos et génère des mots-clés que vous pouvez ajouter ou pas à vos propres mots-clés. Cette fonction devrait vous encourager à utiliser les mots-clés, elle est capable de décrire le sujet et aussi l’aspect de l’image (par exemple, une couleur dominante). Erhardt Barth, le CEO d’Excire assure que cette fonction est dix fois plus précise que les versions précédentes et génère beaucoup moins de faux positifs lors de la recherche.

2024-01-16_11-43-42Création automatique de mots-clés par analyse du contenu de l’image.

  • Enfin, les fonctions de recherche de doublons et d’identification de visages et de personnes ont été très améliorées, notamment grâce à leurs moteurs respectifs X-alike AI et X-face AI.

2024-01-16_11-17-51

Recherche de visages.

2024-01-16_11-18-51

Recherche de doublons.

 

L’interface change peu, elle reste très sobre et très austère, et les fonctions sont accessibles dans le module Bibliothèque > menu Bibliothèque > Module externe – Extras. La recherche peut se faire soit sur le catalogue complet, soit sur le contenu du film fixe (dossier ou collection), vous pouvez décider du nombre de résultats maximum. La recherche dans Excire Search génère une collection, que vous pouvez remplacer à chaque recherche ou conserver (le logiciel crée automatiquement des ensembles de collection dédiés). Le transfert de mots-clés et de critères esthétiques put se faire individuellement ou par lots d’images.

2024-01-16_11-26-05

Menu principal des fonctions d’Excire Search 2024.

2024-01-16_11-16-16

Excire Search crée automatiquement des ensembles de collections et des collections.

Ce que j’en pense :

Mon avis est forcément un peu biaisé car j’utilise Excire Search depuis longtemps, j’avais même participé à sa traduction initiale en français et j’étais ambassadeur pour la France, rémunéré sur les ventes du programme (ce qui n’est plus le cas aujourd’hui).

Pour un utilisateur aguerri et sérieux de Lightroom Classic, que l’on soit professionnel ou passionné gérant de nombreuses images, Excire Search est incontournable et donne un sacré coup de jeune à la gestion des images dans le logiciel d’Adobe, au point de se demander, d’ailleurs, pourquoi ce type de technologie n’est pas implanté de manière native. La raison en est très simple : toutes les fonctions AI permettant d’analyser le contenu des images sont sur le cloud d’Adobe et, donc, ne peuvent s’appliquer qu’à la version « cloud » de Lightroom (et de disposer ainsi de deux avantages majeurs : la quantité d’images disponibles pour l’analyse et l’apprentissage des algos, et la puissance de ces derniers, bien au-delà d’une installation locale, sur un ordinateur de bureau).

Excire Search est donc indispensable et ne risque pas d’être concurrencé de sitôt par Adobe. Le coût d’une licence (le logiciel est disponible sur Mac Intel et ARM comme sur PC) ou d’une mise à jour seront largement rentabilisés au vu du temps gagné et de la facilité pour organiser, trouver et exploiter vos nombreuses images. Et, cerise sur le gâteau, Excire Search va même vous faire redécouvrir des images oubliées, et parfois des pépites auxquelles vous n’aviez pas prêté attention !

Comme je ne parle jamais d’argent et de conditions commerciales ici, je vous invite à vous renseigner sur les tarifs sur le site Excire, et à profiter sans tarder des prix de lancement ! Il y a aussi une version d’essai de 14 jours.

Bien entendu, j’attends vos retours ici, sur le forum ou sur le groupe Facebook.

À bientôt !

Gilles.