Bonjour à tous,

L’actualité Lightroom ne devrait plus tarder à bouger. En attendant, je voudrais signaler que le magazine Le Monde de la Photo est désormais disponible sur smartphone et tablette, aussi bien iOS qu’Android. Je collabore toujours avec le magazine, notamment au travers de tutoriels sur les logiciels photo. En édition électronique, vous aurez aussi accès à mon hors-série hors-série Lightroom de 200 pages. L’application du Monde de la Photo est disponible sur iTunes et sur le store Google.

IMG_0020

MDLP disponible en version électronique.

HS28_MDLP_Lr

Hors-série n°28 spécial Lightroom sur iPad.

Toujours côté publications électroniques, l’aventure continue avec l’application de formation photo 24×36 (iOS et Android) et, la semaine dernière, j’ai publié une présentation de Evlaa, l’excellent plug-in de sélection clientèle pour Lightroom.

IMG_0025

Présentation de Evlaa sur l’application 24×36 (parmi d’autres articles).

Autre bonne nouvelle, le programme de développement de fichiers raw Macphun Luminar vient d’être mis à jour et est enfin intégralement traduit en français. Sachez que Luminar est une alternative au module Développement, que vous pouvez utiliser à partir de Lightroom, sur le même principe que le pont avec DxO OpticsPro et On 1 Photo Raw.

Luminar Macphun Luminar en français !

Editeur externe Luminar

La fenêtre d’installation en tant qu’éditeur externe de Lightroom et Photoshop.

Touch Bar Luminar

La Touch Bar de mon Mac pour Luminar.

Après avoir longuement hésité, j’ai décidé de rester chez Apple pour remplacer mon vieil iMac de 2011. On ne change donc pas les habitudes mais, rassurez-vous, je reste fidèle à mes principes et je serai le plus « cross-platform » possible (même si Luminar, présenté plus haut est uniquement disponible pour la pomme). Puisqu’on parle de matériel, je me sépare de mon zoom Canon 11-24 mm et de mon réflex EOS-7D MkII avec grip. Si cela vous intéresse, merci de me contacter.

À bientôt pour de nouvelles aventures côté Lightroom !

Gilles.

PirateshipShadowlandPeu d’utilisateurs l’ont su ou s’en rappellent, mais cette image était l’easter-egg « Shadowland » caché dans Lightroom 1.0. Shadowland était le nom de code interne d’Adobe pour le projet Lightroom.

Bonjour à tous,

Juste un petit billet pour nous rappeler que la première version commerciale de Lightroom sortait il y a dix ans, le 19 février 2007, après cinq ans environ de développement (dès 2002) dont une année de bêta publique (2006).

À l’aide des filtres du blog, vous retrouverez mes articles de l’époque, j’avais même obtenu une copie quelques jours avant la sortie, puisque je n’étais pas encore bêta-testeur, mais le blog tournait déjà depuis 5 mois et commençait à faire parler de lui.

Lightroom a profondément changé ma perception de la photo, et a également eut une forte influence sur ma vie et mon activité professionnelle. Et cette passion est toujours aussi forte, les évolutions vers le monde mobile et le cloud me réjouissent, et je suis toujours autant excité par les futures évolutions !

À bientôt,

Gilles.

Bonjour à tous,

Le mois dernier, je vous avais signalé la mise à jour de Show Focus Points, un plug-in qui affiche les collimateurs de mise au point et dont le développement léthargique ne laissait présager rien de bon quant à sa pérennité. C’est à peu près à la même époque qu’on a commencé à entendre parler d’un autre plug-in, Focus Point Viewer, développé en open-source par un photographe. Enfin, peu de temps après avoir publié ma chronique, j’ai lu quelque part sur le web, en lisant entre les lignes, que mon article était plutôt léger et n’allait pas assez en profondeur. C’est pour cela que j’ai décidé, aujourd’hui, de faire le tour des solutions permettant de vérifier le point ou la netteté dans Lightroom. Vous avez bien lu : vérifier le point ou la netteté. J’y reviendrai plus tard, faisons le tour des outils disponibles.

Show Focus Points

Fig_01

Fig 01 – Show Focus Points est pour moi le meilleur plugin de vérification de la mise au point AF, même s’il se limite aux Canon, Nikon et quelques Sony. Ici, il nous informe, outre le matériel photo, que le mode AI Servo était utilisé, et que la mise au point, faite avec un groupe de collimateurs déplacé avec le joystick de l’appareil, a été verrouillée avec le capteur au centre du groupe (carré rouge et liseré noir), assisté des capteurs adjacents (carrés blancs avec liseré rouge).

Fig_02

Fig 02 – Dans cet exemple, j’ai laissé l’appareil photo déterminer lui-même le sujet en laissant les 65 collimateurs AF actifs, comme l’indiquent tous les collimateurs blancs à liseré rouge (non verrouillés) et le petit paquet de collimateurs rouges à liseré noir (verrouillés) en haut à droite. Notez que seul le collimateur verrouillé de gauche était sur un élément solide – la portion de voile avec le disque noir – les trois autres étant dans le ciel. Néanmoins, le voilier est parfaitement net, preuve de l’excellence de l’AF de l’EOS-7D MkII (et ça remuait beaucoup).

Lire la suite de cet article »

Logo X-Transformer

Bonjour à tous,

Je n’utilise pas d’appareils Fuji, mais je sais que Lightroom a du mal à dématricer les fichiers .RAF des capteurs XTrans – ce qui est le cas de la majorité des logiciels d’ailleurs, puisque tous ont opté pour une adaptation de leur moteur plutôt que de le réécrire.

En effet, les utilisateurs se plaignent fréquemment de l’effet d’aquarelle qui de manifeste dans certains détails, comme la végétation, sans parler d’artefacts en tous genres. Sans vouloir m’étendre sur la concurrence (Capture One s’en tire un peu mieux et DxO a renoncé), il existe un certain nombre de programmes qui fournissent de très bons résultats, et notamment Iridient Developer qui, malheureusement, n’existe que sur Mac et oblige, de toute façon, à jongler pour tout intégrer au flux de travail dans Lightroom (on notera que Raw Therapee et Photo Ninja ont également une bonne réputation sur les fichiers X-Trans).

D’où l’idée de Brian Griffith, son développeur, de proposer un module externe appelé Iridient X-Transformer, qui va convertir les fichiers .RAF en DNG, avec deux avantages à la clé : d’une part, vous bénéficiez de la qualité du traitement des fichiers raw Fuji par Iridient Developer et, d’autre part, vous récupérez un fichier quasiment identique à un brut que vous pouvez exploiter dans le flux de travail Lightroom.

Interface X-TransformerL’interface de X-Transformer

 

Le flux de travail est très simple : transférez vos images de la carte mémoire à votre ordinateur, sélectionnez-les puis convertissez-les avec X-Transformer. Ensuite, importez-les dans Lightroom et traitez-les comme n’importe quel autre fichier raw. Vous pouvez également passer par la synchronisation de dossier ou l’édition externe, mais ces méthodes me semblent moins pratiques.

À ce stade du développement du plug-in, difficile de savoir si Iridient va également exploiter la possibilité de commander l’ouverture de fichiers raw dans d’autres programmes, à partir de Lightroom, comme DxO OpticsPro, Photo Ninja ou Luminar savent déjà le faire. Lors du processus de conversion, vous aurez accès à un certain nombre de réglages, dont deux méthodes d’interpolation, l’une plus détaillée (avec le risque de renforcer les artefacts et le bruit) et l’autre, plus douce.

Fig01

Fig 01 – Option favorisant l’extraction de détails (fichier original ouvert dans Lightroom à gauche, conversion X-Transformer à droite, zoom 100 %).

- Cliquez pour agrandir -

Fig02

Fig 02 – Même chose que la figure précédente, mais conversion « smooth » (douce).

Concrètement, qu’est-ce que ça donne ? D’abord, je tiens à relativiser à propos du dématriçage de fichiers .RAF dans Lightroom : sur les forums et sur certains sites, on l’annonce comme étant catastrophique. Je pense qu’il faut prendre quelques pincettes, d’autant qu’Adobe n’a pas ménagé ses efforts au cours du cycle de la version 6, et que la différence va surtout se voir au niveau de l’extraction de détails par défaut.

Effectivement, quand on zoome dans les images, on s’aperçoit que, dans les DNG issu de X-Transformer, les détails sont mieux restitués, notamment dans le lointain en mode détaillé (Fig 01), avec une différence moins évidente en mode doux (Fig 02). Je constate aussi, sur les images mises à disposition par Richard, qu’un bon réglage d’accentuation du .RAF dans Lightroom permet d’obtenir des résultats assez proches de X-Transformer et que, surtout, si Lightroom a effectivement tendance à l’effet aquarelle dès qu’on pousse le curseur Gain, c’est également le cas avec le DNG issu de X-Transformer (Fig 03).

En tout cas, même en poussant un peu les réglages d’accentuation, l’image X-Transformer est un peu mieux restituée (Fig 04) . Bref, X-Transformer semble être une solution prometteuse, qui va évoluer au fur et à mesure des bêtas. Il faudra donc que vous procédiez à vos propres essais, avec des images que vous connaissez bien, et n’hésitez-pas à me soumettre des exemples parlants.

Fig03

Fig 03 – L’effet d’aquarelle peut aussi se manifester sur les images converties avec X-Transformer en mode « détail » (ici à droite, zoom 200 %).

Fig04

Fig 04 – Tentative d’alignement de l’image Lightroom avec renforcement de netteté (à gauche).

Notez que X-Transformer propose de nombreuses options, dont la possibilité d’empêcher toute réduction de bruit et accentuation à l’ouverture dans Lightroom, ce qui correspond aux choix par défaut, ce qui est une très bonne chose. Il y a également des options de gestion de métadonnées, de nom de fichier et de dossier de destination. Sachez que, lors d ela conversion, les métadonnées sont intégralement conservées, ce qui est un bon point.

Pour l’instant, X-Transformer est en version expérimentale (bêta) et sous Windows. Une version Mac sera disponible dans quelques semaines et, à l’avenir, il n’a pas exclu qu’Iridient applique le principe à d’autres appareils que els Fuji, ce qui permettrait de profiter de la qualité de ce programme de développement raw. Vous pouvez suivre les évolutions et télécharger X-Transformer ici.

Pour information, X-Transformer peut être utilisé avec n’importe quel logiciel prenant en charge les fichiers DNG dont Bridge, bien sûr, et Photo Mechanic.

J’espère sincèrement que, grâce à X-Transformer, les utilisateurs et fans de Fuji et de Lightroom arriveront à réconcilier les deux objets de leur passion. N’hésitez pas à donner vos impressions ici, sur le forum ou dans le groupe Facebook.

Merci !

Gilles.

Un grand merci à Richard Olier pour ses images.

 

 

Catégorie: Général // 33 commentaires

ShowFocusPoints

Bonjour à tous et meilleurs vœux !

Show Focus Points est un module externe qui permet d’afficher les collimateurs AF des appareils Canon et Nikon (plus Sony en bêta). Malheureusement, l’absence totale de mise à jour pendant plus d’un an m’avait fait penser à un abandon par Chris Reimold, son développeur. Au printemps dernier, je l’avais contacté pour en savoir plus et il m’avait assuré que non. Ça a pris du temps, mais, début 2017, la version 1.0 succède enfin à la version 0.98… Pas de nouvelles fonctions mais la prise en charge de nouveaux appareils : la famille d’hybrides Nikon 1, le D7200, le D5500, les Canon EOS 5D MkIV et 80D ainsi que le Sony A77II (en phase expérimentale pour ce dernier).

Show Focus Points est gratuit, et fonctionne sur Mac et PC. Il s’installe et s’active à l’aide du Gestionnaire de modules externes de Lightroom, et s’utilise via le module Bibliothèque > menu Bibliothèque > Moule externe – Extras > Show Focus Points, après avoir sélectionné un fichier. Le module externe se présente sous la forme d’une fenêtre flottante, avec les collimateurs superposés à l’image, et de nombreuses informations techniques dans la colonne de droite. Vous pouvez passer d’une image à l’autre dans le film fixe tout en laissant le module ouvert.

À bientôt !

Gilles.